English
deutsch
français


Introduction:
Épanouissement et évolution des structures de la production textile d'Europe

Table chronologique (en anglais)

(Link à la période correspondante dans le table chronologique (en anglais))

Les plus vieux témoignages de produits textiles ne viennent pas de Mésopotamie ou d'Egypte, mais de l'actuelle Tchéquie. Sur des morceaux de céramique, furent retrouvées des empreintes de treillis de fibres végétales qui permettent de conclure à une culture textile déjà très évoluée, environ 25.000 ans av. J. C.
A l'âge de bronze, au nord des Alpes, la laine était travaillée et entrelacée. Les Romains parlèrent plus tard de la "Germanie" comme centre du commerce du drap. Des historiens flamands datèrent le début du traitement du lin vers l'époque de 2.000 ans av. J. C.

Table chronologique: Jusqu'à l'age du bronze

Nous sommes habitués à rechercher le début des cultures en dehors de l'Europe, parce que nous en savons beaucoup plus sur les cultures évoluées au-delà de la Mer Méditerranée, grâce à leurs témoignages écrits et architecturaux. Ce n'est que le progrès de la technologie archéologique nous donna accès aux minces traces des produits textiles périssables des cultures autochtones passées.
Le courant des faits commence seulement à circuler au Moyen-âge, après la désintégration de l'empire romain, les troubles de la migration des peuples et la constitution d'empires stables à l'Est et à l'Ouest de notre continent. Tout comme à l'époque romaine, la laine était déjà la matière première textile, la plus importante, du Moyen-âge.

Table chronologique: Antiquité

La première révolution industrielle
Entre les années 700 et 1300, la population augmenta de 27 à 70 Millions. Une première révolution industrielle maîtrisa ce défi pour l'approvisionnement des hommes en biens de consommations quotidienne. De nouvelles inventions importantes furent faites, comme par exemple, le moulin à foulon (1086) mu à la force hydraulique et le métier à tisser avec pédales et poignées (12ième siècle). L'élevage des moutons fut intensifié et la production du drap se déplaça de la campagne vers la ville, accompagnée d'un changement dans le sexe des travailleurs; à la place des femmes, ce sont les hommes qui se mirent à tisser. Jusque loin dans le 13ième siècle, l'industrie textile européenne s'est concentrée sur les villes flamandes de Ypres, Gand et Bruges, ainsi que dans les villes du nord de la France comme Arras, Saint-Omer et Douai. Jusqu'à la moitié du 13ième siècle, du drap de si haute qualité n'était pas fabriqué au sud des Alpes. A Florence par exemple, on était équipé pour la teinture et les traitements postérieurs des étoffes importées du nord-ouest de l'Europe. Aussi bien dans le Nord que dans le Sud, les travailleurs textiles des métropoles formèrent un prolétariat de l'industrie. Les premières grèves sont recensées à Douai en 1245.
A cette époque, sur les bonnes terres, les pâturages des moutons avaient cédé la place à l'agriculture intensive. On faisait venir de la laine naturelle d'Angleterre, ce qui rendait la production vulnérable aux courants politiques. Lorsque le roi anglais, Edward I, décréta des droits de douane élevés en 1275 et en outre 21 ans plus tard, un embargo de la laine sur le continent européen, cela conduisit dans les régions traditionnelles du traitement de la laine à des famines et à des émigrations de population, entre autres ver l'Angleterre.

Table chronologique: Moyen-âge

La création d'un système de banques hautement développé, dans la deuxième moitié du 13ième siècle en Italie, apporta des avantages à l'industrie textile locale. Les banquiers à Florence étaient capables de financer, à l'avance, des réserves de laine pour une à deux années. Au début du 14ième siècle, on produisait déjà à Florence du drap de haute qualité et en fabriquait déjà en 1338, 80.000 balles.
L'augmentation des capacités de production s'accompagna d'une exploitation extrême de la main-d'œuvre humaine et du partage continuel du travail. Déjà au 13ième siècle, le système d'édition s'était mis en place en Flandres et fut introduit partout petit à petit. De même, les évolutions technologiques accélérèrent le processus du travail. Après qu'on eut introduit le fuseau en 1268, d'après le modèle indien, plus que quatre à douze fileuses n'étaient nécessaires au travail d'un tisserand. Seulement vers 1500, Leonardo da Vinci redonna les impulsions pour des améliorations techniques de la filature. Entre 1520 et 1530, le fuseau dit "de Saxe " fut introduit avec ailettes de levage et force motrice à pédales.
Au 16ième siècle, à côté des Flandres et de l'Italie du nord, d'importants centres textiles existaient en Angleterre et en Irlande, dans le sud de l'Allemagne, en Bohême et en Haute Silésie, à Lyon, en Catalogne, à Madrid et Grenade, au Portugal, dans la région de Naples et en Grèce. Au 18ième siècle, se formèrent de grandes agglomérations industrielles autour de Moscou, St Petersbourg et dans la ville polonaise de Lodz, ainsi qu'en Alsace.

Table chronologique: Temps modernes

La 2ième révolution industrielle
La deuxième révolution textile industrielle prit son début en Angleterre, favorisée par le raffermissement précoce de la bourgeoisie (1689 Declaration of Rights), un pouvoir d'achat élevé de larges couches de la population et des matières premières bon marché venant des colonies. Comme déjà au début du Moyen-âge, la demande dépassa l'offre et défia le don d'invention des entrepreneurs et ingénieurs. Vers 1733, apparurent des améliorations par John Kay sur le métier à tisser à pédales: Le système à tirage rapide fut breveté. En 1738, Lewis Paul et John Watt construisirent la première machine à filer et Hargreaves demanda un brevet en 1770 pour sa "Spinning Jenny", bien après que la machine de fil de soie à force motrice hydraulique, laquelle ait été introduite en Italie en 1272 et oubliée depuis longtemps.
La laine étant jusqu'alors la plus importante matière première, c'est ainsi qu'à partir de 1760, le coton lui prit graduellement cette place. Et avec le traitement du coton commença la véritable ère des Machines. La "Spinning Jenny" avait de nouveau augmenté la productivité de la filature de plus de trois à six fois. Des entrepreneurs, comme Richard Arkwright (1732-1792), érigèrent dans les années 1770 leurs premières filatures mécaniques dans un système de fabrique.
Jusqu'en 1750, tous les progrès de la production textile eurent lieu dans l'industrie à domicile. Des entrepreneurs disposant d'importants capitaux fournissaient en matières premières une industrie à domicile largement ramifiée et organisaient l'enlèvement et la distribution des produits finis. L'établissement du système de fabrique rassemblait la main-d'œuvre dans de grands bâtiments, dans lesquels se trouvaient les équipements de production, les plus modernes. La ville de Manchester témoigne de l'apogée de ce système de fabrique précoce, en Angleterre. On y a fabriqué à l'origine des tissus mélangés en lin et coton. Comme une loi, datant de 1721, interdisait de fabriquer du tissu de coton pur, on s'était donc reporté sur la production de flanelle de coton "futaine" en chaînes de lin et trame de coton. Cela conduisit à une première floraison du commerce du coton. Depuis 1753, le coton se négocie à la Bourse de Londres.
A partir du début du 18ième siècle, on avait passé - à quelques exceptions près - de la force motrice des chevaux à l'utilisation de la force hydraulique. Avec le début du 19ième siècle, la force hydraulique fut de plus en plus remplacée par celle de la vapeur. A partir de 1785, les premières machines à vapeur furent mises en marche dans des fabriques textiles et changèrent totalement les conditions du site des entreprises de production. Il devint plus important, d'établir des fabriques près des voix ferrées et de façon propice près des gisements de charbon, que le long du cours des fleuves.
Dans la première moitié du 19ième siècle, on améliora en Europe et aux USA les machines à filer et à tisser existantes. Jean-Marie Charles Jacquard fit un progrès de développement révolutionnaire avec sa machine à tisser, commandée par des cartes à trous, qui ne devait plus être conduite que par un seul tisserand et qui remplaça les métiers à la tire, lesquels étaient jusque-là compliqués à conduire. De 1825 à 1830, l'Anglais Richard Roberts développa une machine à filer automatique, appelée "Selfactor", qui améliora encore le principe de la "Spinning Jenny". En 1851, Isaak Merrit Singer réussit, aux USA, à construire une machine à coudre utilisable industriellement, après que déjà 100 ans plus tôt en Angleterre, un premier brevet ait été demandé dans ce secteur de technologie.
Une plus grande poussée d'innovation dans la construction de machines textiles déclencha l'électrotechnique vers la fin du 19ième siècle. En 1897, l'Allemand Werner von Siemens présenta la première machine à tisser mue électriquement.
Les plus passionnantes évolutions, dans la deuxième moitié du 19ième siècle, s'effectuèrent cependant dans le domaine de la chimie textile, et ce aussi bien du point de vue des matières à filer en matériaux synthétiques, qu'également en ce qui concerne l'anoblissement des textiles. La soie artificielle en "bois liquide" et de nouveaux moyens artificiels de teinture révolutionnèrent l'économie textile. Déjà en 1830, le biochimiste français, A. Payen, avait réussi à produire de la cellulose à partir du bois. Cependant, il fallut 66 ans, jusqu'à ce qu'on puisse construire en 1905 une grande fabrique de viscose à Coventry/Angleterre et que la Firme Courtauld Ltd. puisse commencer à produire du fil de viscose en grande quantité. D'autres matières synthétiques à filer et processus de fabrication, qui n'eurent leurs heures de gloire qu'au 20ième siècle, fêtèrent leurs premiers succès à la fin du 19ième siècle. - En 1843, le chimiste allemand, August Wilhelm von Hofmann, put découvrir le secret des couleurs anilines déjà connues depuis 1826. Son assistant et successeur au London Royal College of Chemistry développa le processus de fabrication jusqu'à maturité de production, construisit en 1857 une fabrique de colorants et produisit "mauveine", la couleur à la mode de l'époque victorienne.

Table chronologique: 19ième siècle

Du 20ième siècle à aujourd'hui
L'humanité se trouve, depuis l'époque d'après la 2ième guerre mondiale, en plein dans la troisième révolution industrielle - et est de nouveau entraînée par une énorme pression de la demande. Entre 1900 et 1980, la population mondiale augmenta de 1,5 à 4,6 milliards d'êtres humains. Pendant la même époque, la production mondiale de fibres put être augmentée de 3,5 à 31 milliards de tonnes par an, c'est-à-dire que malgré la rapide augmentation de la croissance de population, il fut produit trois fois plus de fibres textiles par personne qu'au début du siècle.
Un commerce mondial plus perfectionné, une automation sans cesse intensifiée des phases de production, de l'extraction des matières premières jusqu'à la gestion des déchets, et la révolution des technologies d'informations caractérisent ces augmentations de production dans l'économie textile.
Ce processus est accompagné d'un changement décisif de structures. Les vieux équipements industriels sont délabrés, les productions à coût salarial intensif sont transportées vers des pays à bas salaires et agrandissent la friche industrielle textile dans nos pays.

Table chronologique: 20ième siècle

Pourquoi des Routes Européennes Textiles?
Nous souviendrons-nous un jour de notre histoire industrielle sur la base de quelques de ruines, comme face aux vestiges de l'antiquité classiques? Ou bien reconstruirons-nous après de nombreuses guerres quelques monuments industriels comme nos constructions moyenâgeuses et contemporaines dans le centre des villes? Comment peut-on revitaliser l'histoire de notre industrie textile de manière pacifique et la commercialiser de façon innovatrice?
Les Routes Européennes Textiles veulent garder cette question éveillée dans la conscience de la population de nos pays et faire connaître aux randonneurs intéressés aussi bien les lieux du souvenir (témoins architecturaux, collections et archives de Musées) que les institutions qui maintiennent en marche le processus de la production créative contemporaine, comme les associations d'artistes, d'artisans et de designers, les lieux de production et de formation. Peut-être sera-t-il trouvé, par cette voie, l'une ou l'autre réponse à toutes ces questions que nous posent les témoins du passé.

Beatrijs Sterk



Culture et travail du lin en Égypte
 


Bélier domestiqué sur un fragment céramique romain
 


 

Première illustration d'un rouet, 1480
 


Leonardo da Vinci et son fuseau avec alliettes de levage, 1516
 


La "Spinning Jenny" de James Hargreaves (modèle), 1767
 


La "Water-frame-spinning machine" de Richard Arkwright, 1769
 


Système de bobinage pour des métiers méchaniques, 19ième siècle avancé
 


Formation des fils synthétiques par pression à travers une grille
 


Machine à tisser contemporaine mue èlectriquement